On the Moroccan regime, and why you should care

If you live in the US/EU and think this is not affecting your life and politics, start from the last paragraph.

Dear friends/colleagues, I apologise for declining requests for in-person events in Morocco, my home country, due to more than two years of death, torture and jail threats, in addition to various other tactics such as constant harassment and reception of spywares. These threats escalate in several occasions, such as 1) whenever I express support for various prisoners of opinion, including my mamfakinch colleague, jailed journalist Omar Radi, 2) after exposing the role of Moroccan officials and diplomats in online harassment campaigns that precede jailing of journalists and pro-peace voices, 3) after expressing my own concerns regarding the ongoing irresponsible warmongering of the Moroccan and the Algerian regimes, or 4) whenever I express my opinion or just lay out facts on the negative role the monarchy and its regime play in slowing down the development of the country. The past few years has shown, with other targets, that these threats almost always precede jail on fabricated charges. I also have messages suggesting what the fabricated charges could be in my case and have strong evidence suggesting these campaigns come from the political police of the regime and its diplomatic presence.

While they have a visible impact in terrorising our families and relatives, and sometimes negatively impact our professional life, these threats won’t silence the growing number of people like me in Morocco and in the Moroccan diaspora, but will only strengthen our belief that Morocco deserves, and is ready for better than a medieval monarchy, where prisoners are still sexually tortured, as acknowledged by oligarch and dictator Mohammed VI himself when confronted by UN High Commissioner for Human Rights after detailed investigations by local human right activists, confirmed by the UN special rapporteur on torture, Juan Mendez. The threats I receive are also nowhere close to equal what other targets receive, e.g. the Irifyen diaspora and other long time republicans, whom the regime knows are becoming increasingly popular among a young audience that no longer believes the myths our parents grew up believing, chief among them is the myth that the monarchy guarantees stability, while the monarchy is today the most important threat to that stability, in addition to its already well-known role in economic corruption and suppression of justice.
On March 16th 2022, after more than a year and a half of personal investigations and archiving and after several initial discussions with the police since March 2021, I started a legal procedure in Switzerland to identify and take the authors of these threats to justice, as well as tech companies enabling them to freely operate and post criminal content despite being warned multiple times. I have no doubt my legal procedures will face several difficulties (e.g. not having enough legal budget, destruction of evidence by some authors or platforms, possible diplomatic immunity for some authors etc.), but I decided to start the procedure anyway, at least for the sake of documenting and keeping archives for better days to come.

If you want to support the cause of political prisoners in Morocco, and more importantly, the cause of justice and peace in North Africa, where an unprecedented warmongering is going under the radars and offering both the Moroccan and Algerian regimes an opportunity to divert attention from pro-democracy movements, you can start by sharing this statement and boycott events that you suspect to be PR campaigns of the Moroccan or Algerian regimes, e.g. in the Moroccan case, events involving a diplomat in your country or events in Morocco with the label “royal patronage” (but not student-run events or citizen-led initiatives that are not involving high profile officials such as ministers, and not receiving any royal patronage). You can also boycott and call to boycott products and businesses that you know come from the several family businesses of the King, his brothers and sisters, their cousins and various oligarchs owing their success only to their relationship with the palace. 

There is much more one can do, including if you don’t care about political prisoners in Morocco: the monarchy has strong presence in Europe & US and is plugged to spheres of corruption and populism that are destroying democracies from within and threatening world peace and stability. Inform yourself about it, then act, investigate/ask your representatives, wether they have ties with Morocco, wether they lobbied for the moroccan regime, supported it through a vote in US congress or EU parliament, made declarations lauding “reforms undertaken by his majesty” (US secretary of state Antony Blinken), took money from the regime (Hilary Clinton, 12 million $) or simply started visiting luxury hotels in Morocco for no apparent reason but invitations from the regime. You will be surprised how much the answer is “yes”, recent exemples include Matteo Salvini (Italian leader of the far right), the only European leader still on Putin’s side: Viktor Orban (supporting the Moroccan diplomacy when even its traditional supporters among European politicians had to distance themselves from it, or at least pretend to, after it threw 10.000 minor Moroccan kids on the Spanish border to blackmail Spain with migrants), Eric Dupond Moretti (current French minister of justice, ex personal lawyer of king Mohammed VI), Rachida Dati (former French minister of justice), Jared Kushner and many in the Trump administration who annouced personal investments after Donald Trump’s last minute moves with Morocco (one week before leaving office), and several less prominent but not less dangerous figures for world democracies, such as Bernard Lugan (Action Française) and much more.

Pour la méthode, surtout en temps de crise

une version courte de ce texte est apparue dans le journal Le Monde (ici)
NB: texte écrit initialement entre mars et avril 2020.

L’intuition d’Einstein

En février 2016 a vu le jour une prouesse scientifique qui fera date : la mise en évidence d’ondes gravitationnelles. Ce qu’on sait moins, c’est qu’Albert Einstein, qui avait prédit l’existence de ces ondes en 1915, s’était mis à en douter dès 1916 et n’y croyait plus trop à partir de 1936.

Einstein de 1915 avait vu juste, celui de 1936 avait vu faux. Depuis, se sont écoulés cent ans de progrès scientifique – qui nous ont offert, entre autres, le laser qui a servi à la prouesse de 2016. Ironie de l’histoire, les lasers sont le fruit de la mécanique quantique, une autre théorie dont Einstein avait participé à poser les jalons avant de s’opposer à certains de ses fondements. Autre paradoxe : la production même de ces ondes est due à des trous noirs, autres objets prédits par Einstein mais auxquels, en 1939, il va pourtant consacrer un travail appuyant leur non-existence.

Cela fait beaucoup de choses auxquelles Einstein ne croyait pas ou plus, mais qui ont pourtant toutes servi à appuyer ses travaux initiaux. Einstein a eu raison malgré lui, et pour le démontrer il a donc fallu … ne pas toujours l’écouter.

Pour se prémunir des défauts de l’intuition, quand bien même elle émane d’Einstein, les scientifiques disposent d’une robuste alternative, qui permet de faire le tri entre les idées brillantes, et celles ne valant guère plus que des discussions de bistrot. Cette alternative s’appelle la méthode scientifique.

La méthode scientifique repose beaucoup moins sur l’intuition que sur la rigueur, la reproductibilité et l’évaluation par les pairs qui pratiquent (ou essayent), selon Karl Popper, “la coopération amicalement hostile des citoyens de la communauté du savoir”. Ce sont tous ces fondements qu’on a voulu mettre de côté pour prescrire l’hydroxychloroquine sans attendre.

Refaisons l’histoire. Imaginons Einstein disposant des outils de communication d’aujourd’hui, s’exprimant chaque semaine sur une chaîne YouTube totalisant des millions de vues, et disposant de solides groupes Facebook de soutien comme c’est le cas de certains médecins promoteurs de l’hydroxychloroquine, qui pourtant ne sont pas Einstein.

Dans ce scénario (très) imaginaire, Einstein induirait l’opinion publique à soutenir son idée des variables cachées, contre l’intrication quantique qui ne le satisfait pas, car son intuition bloquait face au probabilisme dont découle l’intrication.

  • “Dieu ne joue pas au dés !” Cria Einstein sur sa chaîne YouTube. Un milliard de vues et cent millions de likes pour cette punchline.
  • “Il y a des variables cachées, on ne nous dit pas tout !”, renchérissent les groupes Facebook de soutien à Einstein et aux variables cachées.

Les politiciens se sentiraient obligés de rendre visite à Einstein en grande pompe, et le président américain ainsi que plusieurs milliardaires présenteraient les variables cachées d’Einstein comme la solution miracle aux besoins technologiques pressants de l’humanité. Pendant des décennies, les jeunes physiciens ne veulent travailler que sur les variables cachées, de peur de gâcher leur début  de carrière sur autre chose que la piste la plus prometteuse. Pas de financement pour Alain Aspect, Philippe Grangier, Gérard Roger et Jean Dalibard ayant démontré, pour simplifier, qu’Einstein avait tort.

Allié au populisme politique, un retard d’exploration causé par notre Einstein (très) imaginaire aurait peut être retardé l’invention du laser de potentiellement quelques décennies. Non seulement ceci aurait aussi retardé la découverte des ondes gravitationnelles, mais pire encore, ceci aurait retardé de quelques décennies l’arrivée du laser en médecine moderne. Pas de laser en médecine, c’est des millions de morts que ce faux Einstein et ses supporters auraient eu sur leur conscience.

Le dilemme exploration-exploitation

Ce mariage entre un Einstein imaginaire et un emballement médiatique, mettant la société sur une mauvaise piste, la médecine nous l’offre en direct, et sur une échelle de temps plus courte durant les épidémies. On l’a vu durant le début de l’épidémie du SIDA avec l’affaire de la ciclosporine ou celle de la HPA-23. On le voit mieux aujourd’hui avec le nouveau coronavirus. La philosophe de la médecine Juliette Ferry-Danini l’explique très bien ici et le médecin et YouTuber Risque Alpha donne ici des exemples historiques où l’intuition médicale et le manquement méthodologique ont fait des ravages, avant d’être corrigés par des essais cliniques méthodiques.

Depuis des mois, le tapage médiatique autour de la chloroquine a sérieusement compromis la recherche médicale, et nous a fait perdre un temps précieux (qui se chiffre en milliers de vies). Cruelle ironie, si on considère que l’argument avancé par les auteurs de ce tapage était l’urgence de la situation : comme si la recherche médicale méthodique n’avait pas déjà réfléchi au dilemme de l’urgence pour justement ne pas perdre du temps et agir de manière éthique en minimisant le nombre de victimes potentielles.

Ce dilemme s’appelle le dilemme exploration-exploitation : doit-on tout miser sur un traitement qui semble un peu plus prometteur que d’autres ? Jusqu’à quel seuil de preuve doit-on continuer de comparer tous les traitements prometteurs de manière simultanée ? Et surtout, comment réaliser des essais adaptatifs qui changent de protocole au fur et à mesure que de nouvelles données émergent tout en traitant les patients ?

La question des essais adaptatifs est aujourd’hui un classique des mathématiques de la prise de décision. Ces essais sont considérés comme l’un des moyens les plus sûrs d’allier exploration et minimisation des risques sur les patients. C’est en grande partie sur cela que se basent les essais cliniques du type mené par l’Inserm. Encore fallait-il que ceux-ci ne soient pas compromis par un tapage médiatique ayant entravé le recrutement de patients.

La subtilité des faibles probabilités et des grands nombres

Tant de propos erronés ont été avancés à propos des essais cliniques, y compris par des médecins ou par certains de ceux qu’on aime appeler en France les technocrates. Ces contre-vérités ont sûrement joué contre l’adhésion des patients aux essais cliniques, dont l’approche est bien moins risquée qu’une prescription massive d’une molécule sur la base de preuves douteuses.

Une partie de ces contre-vérités semble découler d’un aspect très contre-intuitif : une maladie qui tue peu, au moins pas dans le court terme, mais qui contamine beaucoup. Avec une si faible létalité et un si fort taux de guérison spontanée, tout enthousiasme prématuré pour un médicament risque de n’être dû qu’à la confusion entre guérison spontanée et guérison par le médicament. D’autre part, et c’est le plus grave, la forte propagation de la maladie fait qu’une différence de seulement 1% de mortalité entre deux médicaments peut se traduire en milliers de morts au niveau mondial si le médicament favorisé par le bruit des petites expériences est décrété prématurément comme supérieur et prescrit à large échelle.

Quand une maladie est très mortelle, la médecine peut se passer des subtilités mathématiques pour juger si un médicament est efficace ou pas. Pour les maladies à faible létalité, on ne peut pas se payer le luxe d’ignorer les raisonnements statistiques, probabilistes, et reposer sur le seul “art de guérir” du praticien.

Le 25 mars dernier dans Le Monde, Didier Raoult défendait une médecine à l’abri des mathématiques et des “méthodologistes”. La pandémie montre au contraire que la médecine et les politiques publiques ne peuvent plus se passer de mathématiques et de raisonnements méthodiques.

Les atouts de la méthode

Seul, Einstein ne vaut rien sans l’algèbre, la logique, le raisonnement probabiliste, la validation expérimentale et tout le processus qu’on appelle méthode scientifique. Sous sa forme actuelle, la méthode scientifique n’est âgée que d’à peine quelques siècles, mais est la continuité d’un progrès millénaire de la cognition humaine : l’externalisation du jugement, et ce pour se prémunir des défauts du cerveau de celui qui juge.

Plus l’humanité a progressé, moins elle s’est reposée sur le bon jugement d’un sage ou sur l’humeur réactive de la foule, et plus elle s’est appuyée sur une série de règles écrites, transparentes et plus ou moins stabilisées, tout en offrant un cadre pour les améliorer. Ceci est valable pour la science comme il l’a d’abord été pour le droit, qui a permis aux citoyens d’être jugés par des règles qu’ils connaissent à l’avance (et pour lesquelles ils votent), plutôt que par l’humeur arbitraire et volatile d’un autocrate.

Dans leur grande majorité, les formations réputées scientifiques ne forment pas vraiment, ou pas suffisamment à la méthode scientifique. Ces formations insistent sur le raisonnement déductif (déduire à partir d’une théorie déjà enseignée), et à l’exception de la formation par la recherche, très peu de cursus réputés scientifiques équipent l’étudiant en raisonnement inductif (découvrir une théorie ou valider une hypothèse à partir d’observations). Pallier ceci nous aurait peut-être évité l’épidémie de médecins, ingénieurs et autres personnes influentes, qui succombent, de bonne foi, au tapage sur la chloroquine et aux pseudosciences en général.

Aussi, on laisse croire que ce savoir-faire, cette méthode, n’est utile “que pour faire de la science” ou “que pour faire des mathématiques”. Or les même biais cognitifs qui nous empêchent de faire de la science en suivant principalement notre intuition, nous empêchent de réfléchir correctement dans la vie de tous les jours, en suivant principalement notre intuition. Ce qui laisse place à tant de malentendus et d’énergie perdue juste parce que, livrés à nous même, à nos émotions, à nos croyances religieuses et superstitieuses, à notre réflexe de préservation de groupe, à l’humeur de la foule… nous ne réfléchissons pas bien !

Le renouveau et l’enseignement de la pensée méthodique est plus que jamais nécessaire, au-delà de la recherche scientifique. Beaucoup de maux qui frappent la société comme la désinformation et le complotisme pourraient être mieux traités si on équipe le citoyen d’outils pour mieux réfléchir, car sans ces outils externes, même le cerveau d’Einstein ne vaut rien !

public key

I was targeted by spywares since at least 2010, confirmed in 2012, for that reason, I do not use third party messaging tools such as Facebook messenger, WhatsApp, Twitter DMs etc. For the safety of our correspondance and our devices, please use my personal email and encrypt your email using the public key that is copied at the end of this post.

Few ressources if you are new to public/private keys encryption:

https://support.mozilla.org/en-US/kb/openpgp-thunderbird-howto-and-faq


My most recent public key (Nov. 2020 update) :

-----BEGIN PGP PUBLIC KEY BLOCK-----

xsFNBF+u1BgBEADFmQzNnJt4PCmLKZXSedmjUgr9nA97CJm6fTdq+T5gQXQHnaFs
ZfHymahM5OUzc7HyT2138t71ym/Vhcs1fPPW46VYeiyOdvF8g+yxF91ehOfSzEgp
WCIN6SZF2P8qCFFpnXq9ldVDAI+jzj6kaHTw0be+te+3HHvMz5IwY3utRp+JNRRC
MepixhbWGFyVU6+xxby9gJwCXpZ8xP/Ny+TIIJiNzbzUlSRO5fcPHFQ7g3BUEjg+
tC1mJx72KDw0GPx4Kth2i1KFQDzuSgfZrPnUL6/ol/g+c9vUCSOWe45D1Si29t6O
x2LGTxyzx0qTfHlfNK7uwbg+haevHDFIy0i8XbbSd71B/LYNMXf/AxnWN9UX/sKa
pUovuqZrT4HayJe5dDSuyilKbptuvdTLXljg6a5g1JJ3dlgF9MsmLvwMn9wtYcVh
guQilw0ANbvxMSlzoQFLm1COjczgtrAo4o4y7EPbs88UHy8WyKgFytuIiBoLUNlY
9UJiqnfOYAKlRiXUooGfhaUTLP28qOqV1axGMSce0X8JKzN/31YnoJWDdhikEPua
ZJvYD0bV9DZIJhYXFtRDIerOtezYlmMZQYeAJToOq++hxNFHoW/BpqDxcMD3VMhz
w9eg/zSXDyj1nyM9GIVPKMFz436s8G8ZGom9DIhJr4qac+aQy7pUq0u7/QARAQAB
zTlFbCBNYWhkaSBFbCBNaGFtZGkgKE5vdmVtYmVyIDIwMjApIDxlbG1haGRpQGVs
bWhhbWRpLmNvbT7CwY4EEwEIADgWIQSX8AqG2yYiO9x3SB2dDbZYrfa3jgUCX67U
GAIbAwULCQgHAgYVCgkICwIEFgIDAQIeAQIXgAAKCRCdDbZYrfa3juJyD/0d2Oai
zWIEQEoPJ+VGrtyw7luAXMIzAllxucWp6v3reAOWLSC0q++UNsy9hy4pE9CFCKGh
OvqM/xxtb7rjq3qyn2Kma+701GN9hvOls0tpcU37bFXh0yJJkp9Ars2zVaxzd6bt
0oRInNqgmYLt0GCTxlLtzQNcmcOLs7T40m27Ci4IYdDe+RaIrNBpM9Rw1x/e9uX7
6NYo1gnUldKtMSWBYS6yEaxuDyIxd8OvLR/zWppalL6RCmso7etOPTW2taiqrdKm
caV7lczgH+GFZWJbzjGrry0KmbImtH2SvVySmyoMEzYIzIDoi6ULUz9914IM33GQ
AkVrxZ5ziU6fx6YGBGo7tXIqXRVzyhNlbZc/0FFHFn0KIY+qkRH3wcfsL4dhpW+p
Lb/Tb3EQ95p4YLDGqjkaBlxQJj6W0qCBrNvrXMFTFVWH281olDlJryFGyEK8VDdb
wT3L8zcTY3P8tZiZS3urKPLdK6i1OrwMBgjjtWsM5WQ+qiqY6bq+mhlTbNDRUftl
sQN00yAX6le7nVE3wMGl0qrh3dbO6UMqvDZBdvLk0MCPR20TshbGkanCYHybtrK1
AbwuPj+vEANqov7/cswO3W5PA1aJyg4oGZK5HUcvOEq9hrIjHUzDvrg65lBWSBJO
RJYgg8Qlv3Yo85/RdByoRGjL/OYti0hHjoOTK802RWwgTWFoZGkgRWwgTWhhbWRp
IChjYWxpY2FycGEpIDxlbG1haGRpQGNhbGljYXJwYS5jb20+wsGOBBMBCAA4FiEE
l/AKhtsmIjvcd0gdnQ22WK32t44FAl+u2PwCGwMFCwkIBwIGFQoJCAsCBBYCAwEC
HgECF4AACgkQnQ22WK32t46kxQ//aDV0R7092e1kpn37zeEgUiOnaeMRVHuNorYa
T7SdbOpN5ztwDgo+gdjUT+WzRI7Z0/sBpfh+fg9XzXxCnZqG/c3nMLeK5U/ZudOa
oUs6iTMaCLAb0FNZMdod7JsuQsMpiYkk5TD7ad3a9GR0gDcl4yx/9zsfE/74W6/7
56Nn9uGyTJdMEezl2841ZZQBcz9DmTR0ik4SZjFn3zh1LHwGvvlAhZQP8c/AOs55
bHVGESJetxQTHIy9FcfZqLrSzhp+VzmU3meo9sxZm+ffY9pnr9jOnXz+4frm8bI+
TI+HPjIHtbNTSAXyTJsEhI1d22sguEHXKx6Ezwn2MISBx0Vywlj1BrxB5f9X7clN
sOD0uW6Bc8hAbuGG9gl0XkkTyZKp1Vvtsg5sqERPM7yBe54OODcoV9XbNF4ivqAt
HpGtp1qAf/q15bssFsiQDTu9RlH3onnDm6fFCRlp01ImVTyYoYHCeSv8L+aIJG0L
mpfBJBY6ZafWfhjPBxmd2vS6uojXXUbjK3z7BuHO3U//UvC0D9ULZaHUviTJ3Wyq
h/KL8dDe3/Tn24OO0NYpQK0kGkkJgDUdgu3cAIly+QYfsJy+5e3xA8oj8AsginKZ
5PCiOJNfzWFtynfSCVhGRaJBzTtztwQ8UgqaSKRWAl+2JAc5YkV3jNd5iF1d0mEm
nlS0vajNO0VsIE1haGRpIEVsIE1oYW1kaSAoZ21haWwgMjAyMCkgPGVsbWFoZGll
bG1oYW1kaUBnbWFpbC5jb20+wsGOBBMBCAA4FiEEl/AKhtsmIjvcd0gdnQ22WK32
t44FAl+u2SUCGwMFCwkIBwIGFQoJCAsCBBYCAwECHgECF4AACgkQnQ22WK32t47f
ZxAAvOe987OX46Jt+L7StRW/N9NuHndw6B43aQEPomo7PO8swqdfdVAEnuPu3+aa
dhzmhT2OkWyIfz7fFivLMg+QsyjEnJSEHMqVAwnytgwRlJrTIMbnjIyvBOLPk8aq
KRIMP9FY9nE5GEQZyuw88/dFXLGmjrfySa+F8qWJfTDGlMvHvq2g9vrXAYh+GtWc
C3KGOwsvR5kWjbDVJ7lge5hCpyLgRLMtfJi6nDaHKzTjoaeQZd9XTtWJtXbn71bR
jjkx+mt5HTRnFpLeWlQ+WpaKfcag94yCpgmY58yVj5qB3N2a0GyChiaBWEk+ZGsX
qm6rDrjhal8rv0eRlafpd6wMAXVwWCysyCyXtuVSvtpw8qW/tIcYqRU3WxHvoIj4
0nMjXOVn2IId7tPCKV/YdkCiKheGp3Ojj7lHjLxj3XhUbQugTK2+bEorXtXNKH7U
JElTRh75eHATgHR9zE80oyiSYNWAKQlF8x1vM4iKhufBgjOaneP6p2lQf5DHhNA2
dGJxN5UlRwZgT86k6YqB1wPk5MrPjwq+XGETQExwF/W6Sg094Y5T4fA7bP9WVnrq
sK2nKQZCZZnEZU61293ykt6OAGgiS1W6OxkwzipOd1xNFSbbveBMbNUK3Yoa0F7W
JqvetwKdq63ukMz11mpC37Iwwc37b/Lkpbt/PbJurqfVqZ/OwU0EX67UGAEQANfL
BSlwjEfrd+LuNLpwujHykv4bQpqF/sqRahIBQmOhNtgyCwCnnDYRy47pDptLg9iH
MGTIfw1r/Ga6m0zDZoCPH0K3N8Q6/v7kk/YS9cqXymVPtuyfvKZBUc8q6CnUWv8A
51r2s/i59lcm79os/uC+adykG8vZjdAB6uKlHm5nw6Sjo5s9+mrrliNfmEE7M04v
V+dPJkIQ3iclOEcusS/tDKT54aZV0Qc/cJ4JHmzx5z3fRBXr5HQLsgfJby1iS3Yk
T73qbSed0lmoPscSSaYOwTMt71TNEH04cljdWyeinlFznJ4W6hXJhYzi3ld+/5LN
ROaVbLLjpH4fmcFUbnKgMFYCqcVx3yFpi+6bwXqey3FhrXp7sENFyYCyMCSIapZp
QhrfQww8KXGQ+mOJFuRjmSur3gKmJ9+zEtD4Jo0i+aiGLRyZ/CftuzjcuArUgK2F
yM2hmzvvoxMoglkeRpuLgggYHaT93oJjxRVR/N3UG9kjn/Hf31Z84dPPrMPJuYHf
/7PSA3tiU7wlcpp36JsBDcvlPqPpGR/4fRIb3HgmOGj3VZMnIdFQia+r77OxtSbH
PNOLwlS3JlU55S04xBcYSkSxE58aHqzK/5wVn0f9tv8e6YWOX9y5I55ARwsvb1zE
U+urCtyF0+1KBPJNYdhy0lM8P61vPeAPrpeftSrzABEBAAHCwXYEGAEIACAWIQSX
8AqG2yYiO9x3SB2dDbZYrfa3jgUCX67UGAIbDAAKCRCdDbZYrfa3jrCID/9FsKNY
TnColgnOsx3lZbDAee8KWBQapHaRBmCwFXiI6xtJj4k9Pr4/tpVHdym0tD+4t0hz
6NbUKF+jD3HV6vwoS34RTCwKwD2LRrmga1qqoOnxKIfY5IBMMwBBgh97o79UJvTn
6rKf8oj3uIqEDsChD26XiLgj1uUFSeU6o9nrFLoxYOIBwpwnjtb2ExwB+p7sCe7/
xANKF8QGykyG+5zqHdoespFJqfvK+F+1G5vKspFqySbtumylL/juM+CSHqlwmQJR
ve0HutqohLb4MF94bQRbaIzo6pXZaApJvtlXIgw6dcM8uAEc5Rd/d25X99LIbrcU
S+W7nrIh65nQKQ61EXO/C5YiOXZzT+PWHU1k/4MWXYICRofNqygFj53MucK4/hP1
tKEWJbaPWmcyS3Ljl7juPLH4SH9iIYNnVbNw7ziorLILwWINJeHpGzZfp6c/nnTD
yPGlhxq8N9z0PdzaR9UGVutTkvsnmw/WFN0XM9x0GXjfRxMGuKd4kD71k78seqtt
7AYbR2mQf4cbg5wQs85fCrN2hT6lEPdreWao7jzKQQJAHPTOHU+VVY1+WPV5L6UA
AAsHOwAgGeNyCo6PziMmsTKeGzUyXN9DGwJgAtuXOG0Blv+V6pKazIC0y5FlQKgL
gWu7eLkbX561RHH5S8APSsyK2+vNP5P7UnhvMg==
=VY69
-----END PGP PUBLIC KEY BLOCK-----